Nouvelles

CHASSE AUX THONS ALBACORES.

Date de publication : 2013-10-12

Le thon albacore/ thunnus albacares est une des plus belles captures faites dans le grand bleu...



 

Identification :

Ce qui le différencie des autres thons c’est la 2ième nageoire anale et deuxième dorsale jaunes qui sont tres longues en arc de cercle.



 le dos blanc bleuté et le ventre blanc

 une bande latérale jaune dorée

Le banc est fait d’individus de la même taille avec parfois des thons obèses et des germons.

Au delà d’une centaine de kg, plus le thon est gros plus le banc est petit.

Poids max : 200 kg/ 2m50

Record de chasse sous marine  :

-IUSA et IBSRC 160,2kg/ Puerto Vallarta Mexique



 

 

Technique de chasse:

Voici un type de chasse qui pourrait faire partie d'un "extrême" dans notre pratique, probablement parce qu'il y a un certain nombre de paramètres "hors normes", vis à vis desquels le chasseur n'a quasiment aucun contrôle.
En voici quelques uns:
  -Le premier est géographique:

Il y a des thons albacores partout dans les eaux tropicales/ subtropicales de tous les océans. A noter qu’il est absent de la Méditerranée...
 



Parmi les meilleurs spots de chasse :

-Côté Pacifique

Au large de la Californie, du Mexique (Puerto Vallarte, la Basse Californie) en été/ automne.

 l’Amérique Centrale, en particulier le Vénézuéla, le Panama et le Costa Rica en oct/ Nov/Décembre.


 

-Côté Atlantique : 

 Les Carolines aux E.U., les îles volcaniques comme par exemple : Ascencion Islands, Canaries… 

 -l’Océan Indien, l’Afrique du Sud en mars /avril, le Golfe du Mexique en janvier…

Ceci nécessite donc de se déplacer vers des destinations lointaines et d'être sur place au moment ou ça "chauffe". Le thons évoluent habituellement en pleine eau ("offshore") , jusqu'à une centaine de miles selon le contexte saisonnier et dans des grandes profondeurs, souvent autour de récifs  et au dessus des canyons sous marins . Ceci nécessite donc un bateau puissant, rapide et bien équipé en "électronique".


Les chercher avec un pêcheur professionnel local est un excellent atout. Les meilleurs spots sont les mêmes que ceux de la pêche au gros...

 

 

    -Le deuxième est le temps en mer:
L'idéal est que les choses soient calmes car cela permet de repérer toute activité de prédation en surface dans des bancs de sardines et de bonites, elle est associée à l'habituelle présence d'oiseaux. Une mer formée vous prive de cette précieuse piste et rend problématique les aller et retour du chasseur au bateau. On dit que la pleine lune est favorable.

La cohabitation des thons avec les dauphins est fréquente, en particulier avec les grands dauphins. Ils nagent alors sous ou en arrière du banc de dauphins qui ramène les proies vers la surface.


  -Le troisième est la technique de chasse et le chasseur y a un rôle à jouer:
Comment approcher un thon? ou plutôt comment les approcher, car ils sont en banc lorsqu'ils ils se déplacent, ce jusqu'à 100 miles par jour à plus 40 miles de la côte dans certaines régions. Certains thons nagent alors à plus de 3m à la seconde et bien au delà des aptitudes du chasseur à les suivre. Cela peut demander par exemple de se jeter à l'eau du bateau jusqu'à une vingtaine de fois de suite dans un banc de dauphins rencontré par hasard et aprés des heures ou des jours de repérage (par exemple au Costa Rica). Puis au bout d'une demi heure l'action est terminée... rendez vous l'année prochaine! Cela peut être aussi dans les environs d'un relief sous marin qui remonte à une trentaine de mètres de profondeur (par exemple, en Basse Californie ) : Il est alors parfois possible d'y rencontrer un petit groupe qui patrouille aux alentours. Cela peut être à proximité de grands chalutiers au moment ou ils lèvent les filets ... dans certaines régions les thons sont grégaires comme à Hannibal Bank au Panama ou à Punta Mita au Mexique.  il est possible aussi d'utiliser des appâts vivants (sardines. ) ou bien d'autres techniques utilisées par les pêcheurs professionnels selon le contexte. (par exemple: un D.C.P.)


-quel équipement? comme d'habitude, celui utilisé dans le "blue water hunting": un fusil bois ou hybride équipé de flèches d'environ 9 à 10 mm avec pointe détachable, reliée à un bungee et à un système de flottaison... chacun à sa routine, ses bricolages, ses "trucs" ...


Personnellement j'utilise constamment un bodyboard T. Botha qui est tres pratique et qui résiste à toutes les tailles de thons et des pointes détachables J. Hamilton.



   - comment/quand tirer le thon: le plus prés possible! mais ce n'est pas du tout évident en situation car la visibilité peut être réduite, le courant fort, la mer agitée, les poissons "survoltés"... Paradoxalement les grands spécimens paraissent toujours plus proche sous l'eau qu'ils ne sont en réalité, car en pleine eau les repères sont différents. Idéalement le tir devrait se faire au moment ou le poisson vous dépasse, effectué de 3/4, en arrière des branchies et à la hauteur de la ligne latérale, idéalement prés de la queue ce qui réduit la mobilité du thon... Aprés le tir on observe une explosion de puissance qui peut durer quelques minutes à quelques heures, selon la taille du poisson. Le thon file alors vers les profondeurs en emportant tout le matériel et parfois le chasseur. Au delà d'une cinquantaine de kg le chasseur ne peut contrôler directement  le poisson. Il faut le laisser faire car il s'épuisera  plus ou moins rapidement ou bien il se détachera... un deuxième tir est souvent nécessaire et il est effectué au moment ou le poisson est remonté vers la surface.
Chasser le thon albacore est une pratique de chasse qui demeure souvent extrême et dangereuse, elle demande donc une expérience préalable de la chasse aux grands pélagiques.

     -Le quatrième est bien entendu la chance, ou son contraire qui peuvent vous gâcher un séjour lointain préparé de longue date, ou vous donner l'occasion de capturer le "poisson de votre vie!

- le cinquième est la taille des thons elle même, pour certaines espèces dont le poids des captures peut dépasser 200 à 300 kg et confronter le chasseurs à ses propres limites...

Philippe Virgili



 





Retour au sommaire des nouvelles