Nouvelles

LA PLUS BELLE CAPTURE FAITE EN MÉDITERRANÉE!

Date de publication : 2012-02-20



Je fais habituellement une couple de séjours annuels dans la région de Nice/ France, dont je suis natif et j’ai eu l’occasion en décembre 2011 de rencontrer un collègue, Alex, qui a accepté de partager cet étonnant récit :

 

L’action se passe donc sur la Riviera Française,au début d’un après midi de fin septembre et à l’occasion d’une sortie en bateau en direction de la côte varoise.

 


Ce jour là la mer est calme et la visibilité sous l’eau  de 20 m environ .

Le projet est de chasser sur quelques spots in shore bien connus des deux chasseurs : Alex et Jean Marc, tous résidant dans la région de Nice et ayant une solide expérience dans la chasse des espèces de la Mer Méditerranée : dorades, loups, sérioles, liches, dentis…. Arrivés sur un premier spot et à une distance de 2 milles de la côte rocheuse ils se mettent à l’eau pour une reconnaissance des lieux. Dés la première descente et après une préparation d’apnée en surface, Alex repère immédiatement une grand reflet argenté mobile à une profondeur d’environ 20 m : un grand pélagique est donc de passage. S’agit il d’une grande sériole? d’un thon rouge? d’un requin?




  Malgré l’excitation ressentie, le chasseur remonte aussitôt vers la surface, se détend, se prépare rapidement et redescend vers les profondeurs à la rencontre d’une possible capture. À une quinzaine de mètres il se stabilise et attend immobile en embuscade en pleine eau. Un poisson massif et allongé se dirige alors vers lui lentement sur sa gauche : c’est un espadon! Difficile à croire! Après un petit temps de surprise, Alex tire avec son  fusil Sporasub One 105 cm équipé d’une flèche américaine 6,75 mm (ring barb) et relié à une bouée Sporasub de 100 cm par 77cm de circonférence avec une flottabilité supérieure a 45 kg .Un tir parfait et mortel effectué de trois quart dans la tête du poisson qui cesse aussitôt de nager, se couche sur le côté en convulsant puis qui s’immobilise au bout de quelques secondes. Le chasseur remonte alors à la surface en fin d’apnée, après avoir vérifié que  la capture est bien assurée. Il n’y aura donc pas de bagarre en perspective….cela peut rendre la suite des choses plus aléatoires, compte-tenu de la puissance et de la combativité exceptionnelles de ce grand pélagique bien connue des pêcheurs. Alex appelle son coéquipier pour doubler avec son fusil le poisson agonisant et pour l’aider à le remonter à bord.




Sur le bateau c’est enfin l’occasion de partager la joie entre co équipier et d’observer de prés ce poisson à rostre exceptionnel : s’agit d’un magnifique espadon de 3m de long et dont le poids est d’environ une centaine de kg! Mais il ne pourra être pesé sur place prés avoir été hissé par une grue sur le quai…

Capturer un espadon en chassant le long de la côte méditerranéenne  est un véritable exploit et une aventure unique qu’ils n’oublieront pas de si tôt.

 

D’après le récit fait par Alexis Hernandez du club de chasse ASPTT de Nice et son collègue Jean Marc Puch.

 

Philippe Virgili

www.spearfishingmotion.com



Retour au sommaire des nouvelles